Amnesty, Ldsh et Raddho exigent la libération des opposants arrêtés
20 avril 2018 06:44 5 Commentaires

Amnesty, Ldsh et Raddho exigent la libération des opposants arrêtés

La Ligue sénégalaise des droits Humains (Lsdh), la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho), Article 19/Afrique de l’ouest et Amnesty International Sénégal se disent préoccupés par les arrestations et la détention dans des commissariats de police de Dakar de leaders de l’opposition et de la société civile qui participaient à une manifestation pacifique contre l’adoption d’un projet de loi sur le parrainage en vue de l’élection présidentielle de 2019.

Selon des informations recueillies auprès de leurs partis et mouvements, Idrissa Seck, Président du parti Rewmi, El Hadji Malick Gakou, leader du Grand Parti, Kilifeu du mouvement Y en a marre et Guy Marius Sagna du Collectif « France dégage » sont détenus au commissariat central de Dakar, relèvent ces organisations dans un communiqué conjoint. Lequel précise que «les avocats d’Idrissa Seck n’auraient pas été autorisés à le voir par la police, en violation flagrante de lois en vigueur au Sénégal», ce que dénonce le collectif.

Ces organisations de défense des droits humains demandent au gouvernement du Sénégal «de respecter le droit au rassemblement et à la manifestation pacifique garanti par des traités internationaux et régionaux de droits humains auxquels le Sénégal est partie (prenante) ainsi que par la Constitution du pays; de libérer immédiatement et sans condition les leaders de l’opposition et de la société civile arrêtés. Nous dénoncent vigoureusement l’usage excessif de la force par la police et la gendarmerie contre des manifestants pacifiques», conclut le document.

Rédiger votre commentaire

Rechercher

Avis Décés & Souvenirs

Décès du général Wane, ancien chef d’état-majour particulier du président Diouf

Le général Boubacar Wane, ancien chef d’état-major particulier de l’ex-président Abdou Diouf, est d…

04 avr 2020

Ecoutez une Radio

Tags